FacebookTwitter

Mickey, un Américain authentiquement chinois?

le dimanche 22 janvier 2017 dans Environnement, Espace, Société | 0 commentaire

Bientôt le week-end!

Allons nous amuser à Disneyland, mais pas n’importe lequel, celui de Shanghai!

capture-decran-2016-10-07-a-07-48-48

Shanghai Disneyland est un parc à thèmes Disney du type « Royaume enchanté », situé dans la ville nouvelle de Chuansha, dans le district de Pudong, à Shanghai, en Chine. Son ouverture a eu lieu le 16 juin 2016.

capture-decran-2016-10-07-a-07-51-55

disneyland-park

Ce parc est le deuxième parc à thèmes Disney en Chine, après Hong Kong Disneyland. La réalisation du complexe a représenté un coût de 4,87 milliards d’euros, ce qui en fait le parc Disney le plus cher de l’histoire. Il s’étend sur 350 hectares et s’intègre dans le complexe de loisirs Shanghai Disney Resort détenu par la Walt Disney Company et par Shanghai Shendi Group, une société d’investissement de l’état chinois regroupant trois organismes de développement. Le complexe s’étend sur 1 425 hectares, et comprend le parc Disneyland, un lac artificiel, les deux hôtels Shanghai Disneyland Hotel et Toy Story Hotel, ainsi qu’un « village » de restaurants et de boutiques. Central Park est un espace vert d’une superficie de 341 hectares (3,41 km², environ 4 km sur 800 mètres), soit 487 terrains de foot. (D’après wikipedia)

 

Umberto Eco écrivait en 1985 dans La guerre du faux:

Disneyland est plus hyperréaliste que le musée de figures de cire justement parce que le musée tente encore de nous faire croire que ce que l’on voit reproduit fidèlement la réalité, tandis que Disneyland dit clairement que dans son enceinte on ne reproduit absolument que la fantaisie. Le musée de l’art tridimensionnel vend pour presque vraie sa Vénus de Milo, tandis que Disneyland peut se permettre de vendre ses reconstructions comme des chefs-d’oeuvre de faux, puisque ce qu’elle vend effectivement, les marchandises, ne sont que des reproductions authentiques. Ce qui est falsifié c’est notre envie d’acheter, que nous prenons pour vraie, et en ce sens Disneyland est véritablement la quintessence de l’idéologie de la consommation.

Cependant, une fois que le «tout faux» est admis, il faut, pour être apprécié, qu’il soit pris pour vrai: le restaurant polynésien aura donc, outre un menu assez vraisemblable, des serveuses tahitiennes en costume, une végétation appropriée, des murs de rochers avec petites cascades, et, au moment où on entre, plus rien ne doit laisser supposer qu’à l’extérieur il existe quelque chose qui ne soit pas la Polynésie. Et si dans les musées de cires, la cire n’est pas la chair, à Disneyland, quand les rochers doivent jouer un rôle, ce sont de vrais rochers et, si l’on parle d’eau, c’est de la vraie eau et un baobab est un baobab. Le faux entre en jeu (hippopotames, dinosaures, serpents de mer) davantage pour faire admirer au public sa perfection et sa docilité au programme que pour pallier l’impossibilité d’avoir l’équivalent en vrai.

 

Une spécificité chinoise?

La question reste donc bien sûr de savoir si les Chinois recherchent dans le faux une copie exacte des Disneyland américains ou français dans un souci d’économie de temps et de trajet, ou si ce parc doit répondre à des attentes culturelles spécifiquement chinoises, en y ajoutant donc un sentiment de réalité. La société Disney elle-même s’en préoccupe en mentionnant sur son site: « Authentically Disney and Distinctly Chinese: Shanghai Disney Resort Blends Magic of Disney with Spirit of China ». Ce faux est donc authentiquement Disney, mais aussi chinois!

The first steps into Shanghai Disneyland, leads you to the whimsical and lively neighborhood on Mickey Avenue. Guests entering the park will leave their worlds behind and enter the hometown of Mickey and his friends, the first entrance of its nature.This includes sophisticated shopping areas where guests can get Chinese names embroidered on iconic Mickey ear hats - a first for Disney theme parks throughout the world. (Todd Anderson, photographer)

The first steps into Shanghai Disneyland, leads you to the whimsical and lively neighborhood on Mickey Avenue. Guests entering the park will leave their worlds behind and enter the hometown of Mickey and his friends, the first entrance of its nature.This includes sophisticated shopping areas where guests can get Chinese names embroidered on iconic Mickey ear hats – a first for Disney theme parks throughout the world. (Todd Anderson, photographer)

Ainsi, les chansons et récits sont bien sûr présentés en mandarin, comme Le Roi Lion ou la chanson des Sept nains, Heigh Ho (en français ici).

 

L’architecture n’est pas en reste: « Chinese artists sculpted and painted 62 magnificent, flying horses on the Fantasia Carousel. In Disneytown, traditional Shikumen architecture reproduces the unique heritage of Shanghai, and Liuli glass – a traditional Chinese art form – is represented in seven large Mickey Mouse sculptures crafted by a local Chinese artist. »

mulancastle1280

Il n’en reste pas moins que ce parc reste ce que doit être un parc Disney, un lieu qui recycle les récits légendaires, l’animation américaine en un gloubiboulga de carton-pâte et de plastique, selon un modèle répétitif et a-culturel.

Un petit tour en vidéo pour terminer, grâce à un courageux journaliste de CNN:

http://edition.cnn.com/videos/cnnmoney/2016/06/15/shanghai-disney-china-opening-rivers-pkg.cnn

 

Une saine lecture sur la manière dont Disney a dévoré la Floride reste le livre polémiste de l’excellentissime auteur de polars floridien Carl Hiaasen, La Souris aux dents longues, dans sa traduction française de 2002 (en anglais: Team Rodent. How Disney Devours the World, 1998).

 

Le déclin?

Magnifié dans l’imaginaire des petits et grands, le parc à thème n’en est pas moins mortel…

Le journal Le Nouvelliste donne en exemple le parc d’attraction de Disney River Country, inauguré « par la société Walt Disney en 1976, le parc aquatique a été abandonné 25 ans plus tard. Il a subi coup sur coup la concurrence d’autres centres plus modernes développés par Disney, tels que Typhon Lagon ou Blizzard Beach, et une nouvelle réglementation interdisant l’eau non-chlorée dans les parcs d’attractions de Floride. »

Aujourd’hui, le parc abandonné est devenu un espace d’exploration pour adolescents se rejouant Blair Witch Project caméra au poing!

 

River Country est devenu méconnaissable, comme le parc à thème zoologique, Discovery Island, qui a fermé ses portes en 1999.

Une vidéo en retrace l’histoire:

 

Rédiger un commentaire