FacebookTwitter

Xi Jinping en visite: quel impact pour le tourisme suisse?

le dimanche 19 mars 2017 dans Articles d'élèves, Flux, Géopolitique, Société | 0 commentaire

Un article de Noliana & Drenusha

Ca y est, c’est fait ! L’arrivée de Xi Jinping en Suisse ce 15 janvier 2017 marque la première visite d’Etat d’un président chinois dans notre pays depuis près 20 ans, la dernière en date étant celle de 1999. Dîner de gala, discussions politico-économiques et environnementales, Forum de Davos et visites officielles étaient au menu. Mais, alors que depuis quelques années la concurrence est rude entre les grands pays touristiques pour attirer les faveurs des touristes chinois, la Suisse aura-t-elle su saisir cette occasion afin de développer son image au près des Chinois ?

Arrivée de Xi Jinping à l’aéroport de Zürich

 

Le tourisme chinois

Les pays qui dépensent le plus en tourisme en 2015 selon l’OMT (en millards d’euros), http://cf.cdn.unwto.org/sites/all/files/top_tourism_spenders_fr_0.jpg

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, la Chine a été le pays qui a dépensé le plus en matière de tourisme ces dernières années, loin devant les Etats-Unis et les autres pays européens. La barre des 300 milliards d’euros a ainsi été presque atteinte en 2015. Le Figaro note:

Selon un rapport datant de 2012, les touristes chinois ont dépensé en moyenne 7107 dollars par personne lors de leurs voyages aux États-Unis en 2011. La dépense moyenne des touristes aux États-Unis était de 2440 dollars cette année-là, selon le département américain du Commerce. Les achats de luxe des touristes chinois durant les Jeux olympiques de Londres en 2012 auraient conduit les Britanniques à introduire une nouvelle expression reflétant leur pouvoir d’achat, selon Song: la «livre pékinoise».

Si les Japonais restent ceux qui déclarent dépenser le plus par jour (195 euros par personne dont 56 euros pour le shopping), les Chinois sont ceux qui consacrent la plus grosse part de leur budget aux emplettes (34 % soit 59 euros par jour). Les Américains, première clientèle étrangère à Paris avec 1,4 million d’arrivée l’an dernier, sont très loin derrière avec seulement 19 euros dépensés quotidiennement pour leur achat.


Les Chinois constituent donc un réel marché attractif en matière de tourisme que cherchent à conquérir de nombreux pays.

Top 10 des destinations des touristes chinois au premier semestre de 2015 selon le TravelChinaGuide, https://www.travelchinaguide.com/tourism/2015statistics/outbound.htm 

 

La destination Suisse

Les destinations préférées des touristes chinois restent celles de l’Extrême-Orient. En ce qui concerne les pays touristiques européens, la France reste en tête. La Suisse occupe néanmoins une très bonne place puisqu’elle est le troisième pays d’Europe le plus visité par les Chinois. Elle a donc un bon potentiel et des réelles cartes à jouer avec la visite de Xi Jinping.

Nuitées chinoises dans l’hôtellerie en Suisse, http://files.newsnetz.ch/file_upload/56/93/10/91/box_77581704_textbig1_1_hotellerieCH.pdf

Les voyageurs chinois constituent le troisième plus important marché des nuitées pour le tourisme suisse. Un réel boom a eu lieu entre 2010 (477’425 nuitées) et 2015 (1’519’000 nuitées). La barre du million été dépassée en 2014 (1’034’275 nuitées). Ce marché reste en constante progression.

Notons que ces chiffres sont d’autant plus conséquents lorsque nous savons que le tourisme chinois est avant tout un tourisme « rapide » où les visiteurs accordent 1 à 3 nuitées au maximum à chaque pays visité.

Les raisons de ce boom sont diverses. Avant seuls les Chinois de la classe supérieure pouvaient se permettre de voyager. Aujourd’hui, avec principalement la croissance économique et les congés annuels, le désir d’ailleurs se fait également ressentir dans les classes moyennes. De plus, les Chinois ont à présent la possibilité de voyager individuellement et plus par petits groupes, ce qui augmente considérablement le nombre de touristes. La bonne entente sino-suisse sur le plan politique et économique est une autre explication à ce boom. En effet, les collaborations bilatérales et, depuis 2014, l’accord sur le libre-échange rendent les rapports entre la Chine et la Suisse meilleurs et permettent de rendre quelques tâches administratives plus simples, notamment l’obtention de visa.

Endroits de la Suisse les plus visités par les touristes chinois selon l’Observatoire Valaisan du Tourisme, https://www.tourobs.ch/fr/actualites-et-articles/articles/id-4615-le-touriste-chinois-en-suisse-et-en-valais-vu-par-le-big-data/

 

Lorsque les Chinois viennent en visite en Suisse, ils recherchent avant tout à faire leur shopping; ils consacrent, en moyenne, 430.- CHF par jour à leurs achats (montres de luxe, vêtement de marques…). Mais, en quittant la Chine et ses problèmes de pollution, ils  recherchent également l’air pur et frais et les belles montagnes de la Suisse, qu’ils nomment joliment le « Heidi Land ». En raison de toutes ces spécificités, les Chinois privilégient certaines régions bien connues. Ainsi comme nous pouvons le voir sur la carte, Lucerne, Interlaken, Jungfrau, Genève et Zürich arrivent en tête.

Retenons que, comme le déclare l’Observatoire valaisan du tourisme, les visiteurs « multi-séjours », c’est-à-dire ceux qui viennent plusieurs fois en Suisse plusieurs, s’intéressent de plus en plus à l’exploration de nouveaux sites tels que le Tessin et les Grisons.

 

« La Suisse devrait bénéficier de 2 millions de nuitées «chinoises» par an d’ici à 2022  » -Suisse Tourisme

Malgré déjà une bonne présence des Chinois dans le tourisme helvétique, la Suisse ne semble pas avoir encore joué toutes ses cartes. En effet, elle compte bien profiter de ce tourisme de masse grandissant pour attirer davantage de nouveaux voyageurs chinois. Différentes mesures ont d’ailleurs été prises pour cela: certaines régions comme le Valais encore peu prisé jusqu’à présent, misent sur la saison d’hiver. En effet, même si cette saison ne représente actuellement qu’un tiers des nuitées des touristes de l’empire du Milieu, celle-ci semble avoir un fort potentiel en raison de l’intérêt grandissant des Chinois pour les sports de glisse dû à la tenue des Jeux olympiques d’hiver à Pékin en 2022. Une autre mesure notable est la présence dans la localité chinoise même d’agences de voyage suisses spécialisées telle que Switzerland Tourism présentes à Shanghai et à Beijing.

Cependant, malgré tous ces efforts, les Chinois semblent, depuis deux ans, réticents à voyager en Europe. Les risques d’attentats et les différentes mesures qui en découlent, tels que les visas biométriques, semblent réellement freiner les Chinois et constituent donc un risque conséquent.

 

http://www.rts.ch/play/tv/12h45/video/suisse-des-mesures-sont-prises-pour-attirer-les-touristes-chinois?id=8314985

 

Xi Jinping et le tourisme

L’organisation conjointe de l’année du tourisme Chine-Suisse lancée par Xi Jinping est donc réellement la bienvenue. Cette année du tourisme a pour but, comme le déclare le président chinois, « d’accroître les échanges populaires et les liens entre les jeunes, de faciliter la mobilité humaine et de renforcer la coopération dans les domaines du tourisme, des sports d’hiver, de l’éducation professionnelle et au niveau local, afin de consolider la base sociale des relations sino-suisses ». Celle-ci débutera en printemps 2017 en Chine et se conclura en fin d’année en Suisse. Elle prévoit des activités communes dans les deux pays telles que des manifestations, une collaboration en matière de sports d’hiver comme mentionnée plus haut et surtout une incitation des agences de voyages respectifs pour visiter l’autre pays. Cet accord favorise et privilégie donc fortement le tourisme suisse et contribue à une image de la Suisse indépendante de l’Europe.

Xi Jinping au musée Olympique de Lausanne, http://www.lacote.ch/articles/regions/vaud/le-president-chinois-xi-jinping-a-visite-le-musee-olympique-de-lausanne-avant-de-se-rendre-a-l-onu-a-geneve-624432

Bien que cette année du tourisme ne débute qu’en 2017, le président chinois semble déjà l’avoir lancée en visitant le musée Olympique de Lausanne. Cette visite, hautement symbolique, va permettre de développer l’attrait pour les touristes chinois de nouveaux sites touristiques tels que ce musée, puisque la Chine cherche à développer une économie du sport.

http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/dans-les-coulisses-de-la-delegation-chinoise-au-wef-de-davos?id=8317002  

Cette visite de Xi Jinping constitue donc un énorme coup de pub pour le Tourisme suisse. En effet, tous les faits et gestes de ce dernier ont été relayés par un énorme dispositif médiatique transmis par le principal canal CCTV, ainsi que sur la page Facebook du président.

Le Temps écrit:

Dans un pays où les réseaux sociaux occidentaux sont systématiquement censurés pour la population, il n’est pas sans intérêt de constater que le président chinois, Xi Jinping, possède sa propre page Facebook, Xi’s Visit – créée à l’occasion de sa visite officielle aux Etats-Unis à l’automne 2015 – ainsi qu’un compte Twitter, @studycanus. La première est «likée» par quelque 2,65 millions d’internautes, mais le second ne compte que… 34 abonnés seulement. C’est tout de même 5 de plus que lundi.
A l’occasion de sa visite d’Etat, dimanche et lundi en Suisse, et de son passage ce mardi au Forum de Davos, on trouve donc par exemple sur la page FB du nouveau «grand timonier» des photographies comparatives de hot pots chinois et de caquelons remplis de fondue au fromage. Où l’on apprend – c’est original – que «la tournante» helvétique contient aussi des fruits et des légumes, que le community manager a probablement confondus avec de petits morceaux de bolets, de morilles ou de cornes d’abondance – l’enquête et en cours.

 

Ainsi tous les lieux visités par le président chinois et tous ses compliments adressés à la Suisse ont, de sûr, influencé de nombreux Chinois. Ceux-ci, encouragés et rassurés par leur président, pourraient donc réellement avoir l’envie de découvrir ce beau « Heidi Land » qui a d’excellents liens avec la Chine malgré des différences sociales et culturelles notables. Reste à savoir si les chiffres confirmeront ou non ces prévisions…

Rédiger un commentaire