FacebookTwitter

Riga, nouvelle capitale du tourisme sexuel?

le mercredi 10 mai 2017 dans Articles d'élèves, Société | 0 commentaire

Un article de Matteo et Dorian

 

Pourquoi le tourisme sexuel s’est-il installé à Riga? Quelle politique du gouvernement letton face à la prostitution?

 

 

La prostitution dans le monde

https://www.unecartedumonde.fr/tag/sexe/

Vert : Prostitution légale et régulée
Bleu : Prostitution légale mais non régulée.  Activités organisées (maisons closes ou proxénétisme) illégales
Rouge: Prostitution illégale
Gris : Pas de données

 

 

Le tourisme sexuel

10% des touristes voyagent dans le but d’assouvir leurs désirs, leurs fantasmes sexuels en se rendant dans des pays où certaines pratiques sont plus facilement tolérées ou l’offre plus étendue. On les nomme les touristes sexuels. Ils ne sont pas uniquement des hommes cherchant à satisfaire leur plaisir, il y a également des homosexuels et des femmes qui souhaitent s’adonner à ces plaisirs. Ce tourisme implique aussi, dans certains pays, des mineurs. Cependant, la clientèle est essentiellement masculine, provenant des pays occidentaux, majoritairement blanche et ayant une bonne situation financière.

Le site du Routard distingue trois catégories de touristes sexuels.

Le touriste sexuel occasionnel : le but premier de ce touriste n’est pas de chercher des relations sexuelles, mais il se laisse tenter par la facilité et le bas prix de ces services, une opportunité qu’il n’a pas dans son propre pays. Ces touristes occasionnels sont composés à 96% d’hommes dont 73% de Blancs.

Le touriste sexuel confirmé a pour seul but d’avoir des relations sexuelles avec les locaux. Il voyage exclusivement pour le sexe, profite de ces nombreuses maisons closes et de leurs prix dérisoires. Ils sont composés surtout d’hommes venant de pays occidentaux, majoritairement âgés entre 40 et 50 ans.

Le pédophile cherche exclusivement les enfants, les jeunes filles et les jeunes garçons non pubères. Il profite du laxisme du pays dans lequel il voyage pour pouvoir assouvir ses désir les plus abjects. Les destinations lointaines leur garantit un (relatif) anonymat.

 

 

http://nosybe-island.com/tourisme-sexuel-nosy-be-madagascar-2/

 

Toutes les nations n’ont pas le même nivaux de participation dans cette activité. Certains pays sont touchés d’une façon plus prononcée. Il y a les pays émetteurs, comme les Etats-Unis, l’Australie, le Japon, les principaux pays du Nord et de l’Ouest de l’Europe et les pays receveurs, dont le Mexique, le Brésil, de nombreux pays de l’Asie, la Russie et l’Europe de l’Est.

L’origine des touristes sexuels en Thaïlande. https://www.unodc.org/documents/toc/Reports/TOCTA-EA-Pacific/TOCTA_EAP_c02.pdf

Cependant, il existe de nombreux pays qui n’ont aucune participation dans ce type de tourisme. En regardant la carte du monde de la prostitution, on remarque que dans la plus part des pays émetteurs la prostitution est bien légale, donc on peut se poser la question suivante:

Pourquoi voyager vers d’autres pays? Tout simplement parce que le prix de la prostitution est moins élevé dans les pays receveurs, mais surtout parce que les touristes sexuels souhaitent se sentir libre, c’est à dire qu’ils voyagent sans la crainte de se faire remarquer par des proches. Dans les pays receveurs la présence de maisons closes ou du proxénétisme excessive, corrélé à un manque d’autorités remplit les conditions parfaites pour développer un site de tourisme sexuel.

Mais quels sont les facteurs qui font d’une nation un pays émetteur ou receveur de touristes sexuels? La mondialisation associée aux inégalités au niveau du développement a conduit à une renforcer la division entre les pays riches et pauvres. Dans les pays développés, il y a une certaine solidarité sociale, comme les indemnités au chômage et l’AVS pour ne citer que quelques exemples. Mais dans les pays du tiers monde, ces mesures sont inexistantes, ce qui conduit à un isolement de la société ayant de faibles revenus. Celle-ci doit donc agir seule dans le but de pouvoir remédier à sa situation.

L’accroissement du libre échange et la diversité des moyens de transports à moindre coût facilitent les voyages et augmentent le tourisme international. Un autre point primordial c’est que dans les pays receveurs, les femmes sont souvent infériorisées et n’ont pas vraiment de pouvoir. Il y a aussi les femmes qui n’ont pas d’autre choix que de se prostituer car elles sont dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins. La légèreté de la justice ou la faiblesse de la juridiction dans certains pays facilite également le tourisme sexuel.

En conclusion, les pays pauvres sont les plus touchés par ce tourisme, à cause du manque d’éducation, de l’absence de travail et d’un revenu trop faible. Et les pays dont le revenu est plus que suffisant profitent de la situation délicate dans laquelle se trouvent certaines régions (même s’ il ne faut pas oublier que la prostitution touche également les pays développés).

 

Le tourisme sexuel en Lettonie

Quand on parle de tourisme sexuel, on imagine instinctivement les Philippines, la Thaïlande ou un autre pays exotique. Contrairement à l’idée reçue, il existe un point central de cette activité en Europe. Il s’agit de la capitale de la Lettonie, Riga.

http://medias.mobi/ipj/lettonnement/2015/05/27/croissance-tourisme-lettonie/

Le Tourisme en Lettonie ne cesse d’augmenter. En 2014, le tourisme a augmenté de 11.1%, avec 2 millions de touristes, il reste pourtant l’un des pays les moins visités de l’Union européenne. Lors de son adhésion au sein de l’Union européenne le nombre de visiteurs a doublé entre 2004 et 2014. Ses principaux touristes proviennent de l’Union européenne: Royaume-Uni, Allemagne, Suède, Autriche et les pays proches de la Lettonie. Cependant la crise a fortement diminué le tourisme en provenance de Russie.

Cette ville a  fait son entrée dans l’Union européenne en 2004, ce qui en a facilité l’accès pour les habitants de l’Union européenne. Elle est également pauvre. La plus pauvre après la Roumanie dans l’Union Européenne où le salaire moyen ne dépasse pas les 300 euros par mois. Son centre historique est maintenant submergé par des bars à hôtesses et des salons de massage. A cause d’une concurrence accrue, les femmes se prostituent toujours plus à un moindre prix et des séjours sont organisés par des agences. On peut trouver des vols aller/retour pour la Lettonie pour la somme de 53 Euros. Il y aurait plus de 20’000 prostituées, dans un pays où la population ne dépasse pas les 650’000 habitants. Il y a également un grand nombre de Russes liés à la prostitution de cette ville balte. Le nombre de prostituées est si important, qu’on estime  à un millier les femmes lettones qui quittent le pays chaque année dans le but de se prostituer à l’étranger.

La loi adoptée par la Suède à l’encontre de la prostitution, en criminalisant le client, a fait baisser le nombre de prostituées dans ce pays (1000 prostituées en Suède et à peine une quinzaine dans les rues de Stockholm, une ville de 1 million d’habitants) et favorise le tourisme sexuel à l’étranger, et une destination de choix des Suédois et Suédoises est la Lettonie. Finalement, Riga est devenue le nouveau carrefour de ce tourisme.

 

https://www.unecartedumonde.fr/tag/sexe/

Vert foncé : Prostitution légale et régulée, maisons closes légales
Vert claire : Prostitution légale et régulée, mais les maisons closes sont illégales
Bleu : Prostitution légale, mais non régulée ,  activités organisées (maisons closes ou proxénétisme) illégales
Rouge foncé : Prostitution illégale, et les prostituées sont également punies par la loi
Rouge claire : Les clients sont punis par la loi, mais pas les prostituées
Gris : Non renseigné

 

La prostitution en Lettonie est bien légale, mais elle cause des problèmes. L’Etat souhaitait réglementer cette activité avec des taxes, créer une meilleure image de la prostitution, contrôler l’hygiène et augmenter le tourisme, un peu comme les Pays-Bas. Malheureusement, ces mesures ne sont pas respectées et, par conséquence, le tourisme a bien augmenté, mais pas comme souhaité. Cela a contribué à transformer Riga en quartier rouge à la tombée de la nuit.

L’offre nocturne est clairement orientée vers les bars et est mise en avant par de nombreux sites faisant allusion « aux jolies filles de Riga »:
http://www.nightlife-cityguide.com/fr/guide-nightlife/vita-notturna-riga-nightlife-discoteche-locali/

Une des boîtes les plus connues de Riga, le Coyote Fly:

 

La capitale de la Lettonie souhaitait gérer une prostitution légale et régulée, en interdisant les maisons closes. Malheureusement, le gouvernement n’a pas réussi sa lutte contre ces maisons closes, donc  une part de la prostitution est illégale. D’ailleurs, seulement quelques centaines de femmes sont déclarées aux autorités médicales, ce nombre parait dérisoire sur les 20’000 prostituées opérant en Lettonie. Cela va donner une mauvaise image de la Lettonie et influencer négativement le touriste qui veut visiter ce pays pour ses monuments, se reposer ou pour faire des affaires. http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=824

Peut-on conclure que le gouvernement de la Lettonie ne souhaite pas abolir la prostitution mais seulement réguler le phénomène? Malgré toutes les mesures prises, on remarque que l’Etat ne veut pas s’engager au-delà d’une régulation. Le gouvernement se donne une bonne conscience, en élaborant des lois et d’autres démarches législatives, et souvent ces lois ne sont pas mises en pratique.

 

Un reportage d’Enquête exclusive, datant de 2008 (et donc pas forcément un reflet de la situation actuelle).

 

 

Pour conclure, le tourisme sexuel ne cesse d’augmenter provoquant le dénigrement de plus en plus de femmes. L’augmentation de ce phénomène va de pair avec l’explosion du tourisme classique. La démocratisation de ce système entraîne une banalisation de la prostitution, la violence et la dégradation de la femme. L’accroissement de cette activité peut donner une image négative de la région et repousser le touriste traditionnel. Par ailleurs, le contrôle et la régulation de la prostitution est complexe. Car ce marché engendre un revenu non négligeable. Il se classe sur le podium des commerces illégaux, avec un bénéfice de 72 milliards de dollars chaque année. L’entrée en vigueur de lois, visant à réduire ce trafic illégal, n’a pas eu l’effet souhaité et les clients ne cessent de croître en laissant de plus en plus de jeunes gens en manque d’argent contraints à la prostitution.

Rédiger un commentaire