FacebookTwitter

Le championnat chinois à la recherche de grands footballeurs

le lundi 6 mars 2017 dans Articles d'élèves, Flux, Société | 0 commentaire

Le football est né en Europe. Il s’y est développé depuis le début du XXe siècle jusqu’à devenir la destination rêvée pour tous les jeunes footballeurs. Les championnats européens ont ainsi pu attirer des jeunes joueurs talentueux qui ont participé au développement du football.

La Chine est aujourd’hui compétitive à plusieurs les niveaux. Économiquement, elle est en passe de devenir la première puissance mondiale en dépassant les États-Unis. Au niveau sportif, elle a obtenu beaucoup de médailles aux Jeux olympiques, lorsqu’elle les a accueillis à Pékin en 2008 et en 2016 à Rio. Le seul domaine dans lequel elle n’excelle pas est le football. En effet, la sélection nationale masculine chinoise ne se trouve qu’à la 86e place du classement FIFA, se faisant devancer par des petits pays tels que le Cap-Vert ou Saint-Kitts-et-Nevis, comptant moins de 600’000 habitants à eux deux. Quant à la sélection féminine, elle pointe à la 13e du classement féminin.

Le président chinois Xi Jinping, grand fan de football depuis sa tendre enfance, veut ainsi remédier à ce « problème ». Ses trois objectifs sont d’abord de se qualifier pour une Coupe du monde, puis d’organiser l’édition de 2030, et de devenir une « surpuissance internationale du football » d’ici à 2050. La dernière participation de la Chine à la Coupe du monde remonte à 2002.

Nombreux sont les Chinois qui suivent la Champions League, les championnats anglais, espagnols et allemands ainsi que la Coupe du monde. Ils suivent notamment leur championnat national, les grands clubs ayant une moyenne de 40 000 spectateurs par matchs à domicile depuis l’arrivée des stars européennes et sud-américaines qui augmentent le niveau de jeu. Pour attirer les spectateurs chinois, les clubs dépensent des fortunes pour recruter ces vedettes du ballon rond qui n’apportent pas forcément que du positif. Tout d’abord, ces étrangers sont majoritairement des attaquants qui privent de jeu les attaquants chinois. Cela pose un problème au sélectionneur de l’équipe nationale car ses attaquants ont moins de temps de jeu dans les jambes. Pour l’instant les clubs chinois n’ont le droit qu’à trois joueurs non-asiatiques. Ensuite la langue peut être un problème de communication.

En Asie,  les sports de combat et les sports présents aux Jeux olympiques sont très populaires. Xi Jinping veut aussi y ajouter le football. C’est pourquoi il rend obligatoire le football à l’école dès le 27 novembre 2014. Pour sensibiliser les jeunes à ce sport et permettre une évolution du football en Chine, Xi Jinping a également annoncé la création de 20’000 académies durant les 4 années à venir. (http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/La-chine-veut-devenir-une-des-meilleures-nations-du-football-d-ici-2050/651539).

 

 Classement des 10 joueurs les mieux payés dans le championnat chinois

  1. Carlos Tévez, d’origine argentine, est payé 38 millions d’euros par année. Ce dernier voulait terminer sa carrière dans son pays natal mais suite à une offre chinoise qui fait de lui le footballeur le mieux payé, il rejoint le Shanghai Shenhua.
  1. Ezequiel Lavezzi, venant du même pays que Carlos Tevez, a un salaire de 28 millions d’euros par année. L’ex-joueur parisien décide de terminer sa carrière en Chine plutôt que dans le championnat italien, il y a sûrement un lien avec le salaire… De plus, il n’a toujours pas marqué le moindre but depuis son arrivée en Chine alors que le niveau y est moins élevé.
  1. Oscar dos Santos Emboaba Júnior, un Brésilien de 25 ans, quitte un club anglais vers le championnat chinois pour 25 millions d’euros par année. Il pourrait éventuellement envisager de revenir en Europe mais il aurait un risque de ne plus être convoqué avec la sélection nationale.
  2. Givanildo Vieira de Souza (surnommé Hulk), joueur brésilien, touche 20 millions d’euros en Chine.
  1. Gervais Yao Kouassi (Gervinho), le joueur africain le mieux payé avec 18 million d’euros par année.
  1. Axel Witsel, international belge de 27 ans, devait sans doute rejoindre la Juventus mais décide d’accepter un offre chinoise de 18 millions d’euros par année. En rejoignant la Chinese Super League, il risque sa place en équipe nationale où son poste est très disputé.
  1. Graziano Pellè, un peu moins connu mais avec de bonnes capacités footballistiques, touche 15 millions d’euros par année dans un club chinois.
  1. Asamoah Gyan, âgé de 31 ans, a un salaire de 15 millions d’euros par année.
  1. Jackson Martinez est un Colombien qui reçoit 12,5 millions d’euros par année.
  1. Alex Teixeira, le troisième Brésilien du classement, âgé de 27 ans, se dirige vers la Chine avec 12 millions d’euros par année.

 

Par rapport au classement, nous pouvons distinguer deux types de footballeurs transférés dans des clubs chinois. Certains joueurs décident de terminer leur carrière là où le rythme est moins élevé et où la pression est moins présente qu’en Europe avec tout de même un salaire extraordinaire. D’autres risquent de perdre leur potentiel au niveau footballistique et peuvent également gâcher leur carrière. Ceux-ci sont seulement attirés par les salaires élevés.

Comme les clubs chinois n’ont droit qu’à trois joueurs non-asiatiques, une grande partie de la masse salariale leur est dédiée ce qui crée des salaires très hétérogènes. De l’autre côté un footballeur chinois gagne en général entre 20 000 et 30 000 euros par mois.

Oscar en Chine, c’est fait !

Prenons l’exemple d’Oscar qui est à peine âgé de 25 ans. Il a dernièrement évolué dans le prestigieux club londonien le FC Chelsea. Il a aussi été convoqué plusieurs fois avec la sélection brésilienne. Ce dernier décide de rejoindre un club chinois. Au premier abord on se demande ce qu’il va chercher dans le football chinois qui pour l’instant n’est pas très développé. Ce n’est certainement pas pour améliorer son football. Une autre raison l’attire vers la Chine : le salaire. Oscar est payé 25 millions d’euros par année. Avec son jeune âge le brésilien aurait pu rester en Europe pour développer son talent. Cette décision pourrait gâcher sa carrière car il risque de perdre sa place avec le Brésil. Il a également mentionné qu’il pourrait revenir jouer en Europe.

Même les arbitres…

Mark Clattenburg n’est pas insensible aux charmes de la Chine. (Reuters)

La Chine chercherait à s’emparer de Mark Clattenburg, récemment élu arbitre de l’année. Ce dernier a donné une interview suite à la cérémonie de remise de prix afin de répondre à cette rumeur. L’arbitre britannique affirme qu’il n’a pas reçu d’offres concrètes venant d’Asie mais que s’il en recevait une, il la prendrait en considération. Après douze ans d’arbitrage dans le championnat anglais et à 32 ans il penserait donc à sa fin de carrière et envisagerait de s’expatrier en Chine en continuant à partager ses talents d’arbitre. Nul doute qu’un joli chèque et un salaire plus élevé l’attendent également…

Heureusement, d’autres déclinent les offres chinoises !

Selon son agent, Ronaldo n’ira jamais en Chine. Image: Keystone

Le dernier en date n’est nul autre que Cristiano Ronaldo. L’attaquant du Real Madrid perçoit, grâce à son contrat qui court jusqu’en 2021, un salaire annuel de 23,6 millions d’euros net. Ce qui en fait le joueur le mieux rémunéré d’Europe, devançant Lionel Messi. Ces joueurs occupent les deux premières places des footballeurs les mieux payés du monde depuis quelques années, mais la hiérarchie semble être bousculée depuis l’arrivée du marché chinois.

D’après l’agent de « CR7 », Jorge Mendes, son protégé aurait refusé une offre folle de près de 300 millions d’euros accompagnée d’un salaire annuel de 100 millions d’euros provenant d’un club de l’Empire du Milieu. Cette nouvelle rémunération aurait plus que quadruplé son salaire ! Alors pourquoi a-t-il décliné cette proposition ? Jorge Mendes affirme : « L’argent ne fait pas tout ». Il faut également comprendre que l’attaquant madrilène est une personne ambitieuse, qui a besoin de remporter des titres de renom, d’être en compétition avec les meilleurs footballeurs du monde, autrement dit d’être continuellement sous les feux des projecteurs. Ce qu’il n’aurait pas pu obtenir en choisissant d’aller jouer en Chine.

 

La Chine dans monde du football actuel

On parle constamment du football européen, et on oublie que la Chine joue un rôle important pour le Vieux Continent. En effet, beaucoup de clubs sont endettés (notamment les espagnols) et l’argent qu’apportent les investisseurs chinois leur permet de rester compétitifs mais les rend également dépendants. Certaines équipes affichent même un sponsor chinois sur leur maillot.

Quel serait donc l’avenir de ces clubs si les Chinois venaient à se retirer ? Mettre au pouvoir des étrangers peut être dramatique, on peut prendre comme exemple l’affaire Chagaev-Xamax en 2012.

 

 

 Les clubs chinois se situent principalement au bord des littoraux comme les grandes villes, facilitant le financement de ceux-ci. L’investissement entre 2014 et 2015 a quasiment doublé. L’Europe occupe la moitié de ces investissements. Le Guangzhou Evergrande Taobao investit plus que les autres clubs. Cela pourrait expliquer les différents titres obtenus. C’est le seule club chinois qui possède au moins un titre de Ligue des champions d’Asie.

Rédiger un commentaire