FacebookTwitter

La CAN. Illustration de la présence chinoise en Afrique

le mercredi 17 mai 2017 dans Articles d'élèves, Flux, Géopolitique | 0 commentaire

Un article d’Aurélie et Imran

Comment la puissance asiatique réussit à tirer son épingle du jeu ?

Du 14 janvier au 5 février 2017 s’est déroulée la 31e Coupe des Nations d’Afrique de football (CAN) au Gabon. Cette compétition a eu lieu dans quatre stades de quatre villes différentes. La particularité de ces stades est que trois d’entre eux, le stade de l’Amitié à Libreville, le stade d’Oyem et celui de Port-Gentil, tous construits entre 2012 et 2017, ont été financés par la Chine. Le Gabon n’est pas le seul pays africain à avoir des stades financés par les Chinois, comme le rappelle Le Monde:

En 1970, la Chine inaugurait cette vague de constructions avec le stade de Zanzibar : 15’000 places, autant dire une structure modeste selon les standards actuels. Suivront dans les années 1980 et 1990 des stades au Sénégal, en Mauritanie, au Kenya, au Rwanda, au Niger, en RDC, à Djibouti et à l’île Maurice. Les décennies suivantes verront ce mouvement s’accélérer.
Au total, plus de cinquante stades ont été construits par la Chine sur le continent, et ce n’est pas fini. Parmi les quatre derniers organisateurs de la CAN, l’Angola, la Guinée équiatoriale et le Gabon ont eu droit à des cadeaux sous la forme de stades « clé en main ». Tout comme la Côte d’Ivoire, pays hôte de la CAN 2021, qui vient de révéler la première maquette de la future enceinte « olympique » de 60 000 places qui sera construite à Abidjan. Une arène de 76 millions d’euros, là encore financée entièrement par la Chine. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/19/pourquoi-la-chine-a-deja-gagne-la-can-2017_5065437_3212.html#3cJPpV6IY5IVh13V.99

 

SONY DSC

Source : http://gabonreview.com/blog/can-2015-quatre-equipes-en-mise-au-vert-libreville/

http://afrique.latribune.fr/economie/strategies/2017-02-24/diplomatie-des-stades-la-chine-construit-son-image-sur-les-pelouses.html

 

L’investissement chinois en Afrique ne concerne pas que des stades. Effectivement le président chinois, Xi Jinping élabore d’autres infrastructures. Derrière ce phénomène ne se cache donc pas un but footballistique, malgré le développement du sport en Chine.

Dans un autre article, Le Monde parle de la vague de construction chinoise en Angola :

A une trentaine de kilomètres de Luanda, Kilamba Kiaxi est l’une des cinq villes nouvelles construites par la Chine en Angola. Entre 2011 et 2013, des dizaines d’immeubles de plusieurs étages, sur le plan des bâtiments construits en Chine, sont sortis de terre.

Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kilamba_Kiaxi_-_May_2011_(3).jpg

En 2011, cinquante entreprises d’Etat chinoises et 400 sous-traitants, eux aussi chinois, se mirent au travail. En deux ans, la première vague de travaux était achevée. Le projet définitif comprend la réalisation de 150 000 appartements dans dix-huit provinces. Il compte également la connexion au réseau électrique d’un demi-million de foyers, la rénovation et la construction de deux mille deux cents kilomètres de routes et de trente-neuf stations d’épuration d’eau. Au total, 5,2 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros) devraient être investis.
Actuellement, 35 % des investissements étrangers chinois dans le domaine de la construction vont en Afrique et 16,4 % des investissements directs étrangers de la Chine en Afrique se concentrent dans le seul domaine de la construction (contre 30 % pour les mines), selon le Conseil d’Etat à Pékin.
L’Afrique est le continent qui connaît la plus forte urbanisation et le nombre de résidents dans les villes devrait tripler d’ici à 2040. La Chine et l’Afrique compteront alors chacun un milliard d’urbains et cela explique que l’Angola n’est pas le seul pays visé par les promoteurs chinois.
Au Maroc, la construction d’une ville nouvelle va coûter 10 milliards de dollars et permettre d’héberger trois cent mille personnes, comme le raconte le site Quartz. En Egypte, la future nouvelle capitale construite et financée par la Chine à une encablure du Caire est estimée à 45 milliards de dollars!

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/13/apres-les-stades-et-les-palais-presidentiels-la-chine-construit-les-hlm-africains_5048458_3212.html#JO70Qzt2iDyLXjYY.99

 

Ces gestes de générosité chinoise renvoie une image charitable, philanthrope et paternaliste de la Chine, toutefois, ces infrastructures correspondent-elles à un besoin Africain ?

 

La Chine terriblement préoccupéee à se montrer généreuse et bienfaisante n’a pas l’air de se préoccuper des besoins africains…

Eliot Ross, un journaliste du blog Road&Kingdoms, en séjour au Mozambique, a assisté à un match important contre la Tanzanie. L’ambiance dans le grand stade, sponsorisé par la Chine, n’était pas à la hauteur de l’enjeu de la rencontre.

With five minutes to go until kick-off, there was virtually nobody inside the stadium complex. […] The atmosphere in Zimpeto was so subdued, drowned by the vastness of the place, that I could hear the players calling out at each other down on the field. […] The celebrations in the stadium were noisy but brief, as jubilant fans dashed back out into the street where the real party had already started.

En savoir plus sur : http://roadsandkingdoms.com/2014/chinas-stadium-diplomacy-in-africa/

http://www.memoireonline.com/06/15/9156/m_De-la-politique-africaine-de-la-Chine–lere-de-la-mondialisation19.html

La présence chinoise semble être liée à des pays à forte population et grands exportateurs de matières premières…

 

Comment expliquer ces investissements de la part de la puissance asiatique ?

Le graphique suivant, qui nous montre l’importation et l’exportation de la Chine vers l’Afrique, met en avant l’activité globale de la Chine qui ne cesse d’augmenter en Afrique. L’exportation chinoise est bien moins importante que l’importation chinoise, malgré les précipices qu’elle a pu traverser en périodes de crise (2008 ; crise financière et pétrolière, 2014 ; crise financière).

Les raisons derrière l’implication de la Chine en Afrique sont tout d’abord pragmatiques. Les deux tiers des exportations africaines en Chine sont des ressources naturelles. En effet, le développement phénoménal de la Chine et les tensions récurrentes dans le Moyen-Orient – qui poussent à la hausse les prix du pétrole – ont poussé les dirigeants chinois à la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement. Ils se sont donc tournés vers l’Afrique et ses ressources largement inexploitées, faute d’infrastructures. Ainsi, la Chine se concentre sur la construction d’infrastructures afin de gagner les faveurs des gouvernements africains. Le but de cette démarche est de devenir un partenaire privilégié, notamment dans l’attribution des chantiers nationaux, ce qui est souvent une condition des investissements chinois.

En savoir plus sur : http://terangaweb.com/les-relations-chine-afrique-2-la-strategie-chinoise-2/

Si l’on compare une carte des exportateurs de pétrole et celle des divers stades ayant été construits par les Chinois, on remarque que les pays bénéficiant de l’aide chinoise sont aussi de grands exportateurs de pétrole, ou de minerais.

Sources : https://fr.actualitix.com/pays/afri/afrique-petrole-brut-exportations.php

Nous pouvons voir que derrière cette aide, la Chine cherche à s’assurer les réserves de pétrole africain.

Simon Chadwick, chroniqueur pour le South China Morning Post:

La CAN est une vitrine. Elle attire les meilleurs joueurs, les sponsors et permet une couverture médiatique mondiale. Jouer dans des stades modernes, à l’architecture impressionnante permet au Gabon d’envoyer un signal de confiance. En retour, la Chine s’assure un accès préférentiel aux matières premières nécessaires pour préserver la puissance de son industrie.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/19/pourquoi-la-chine-a-deja-gagne-la-can-2017_5065437_3212.html#EpyrZwdBsxXuez9R.99

Toutefois les Africain semblent avoir dans l’ensemble un opinion positive de la Chine, en particulier là où elle est la plus présente.

En savoir plus sur : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/07/les-africains-ont-une-opinion-positive-de-la-chine_5026783_3212.html#iSVy5PVo5LBe3eTw.99

Rédiger un commentaire