FacebookTwitter

Grâce aux avancées techniques, des avalanches moins dangereuses?

le mardi 30 mai 2017 dans Articles d'élèves, Environnement, Risques | 0 commentaire

Un article de Stefani et Emilie

 

Chaque hiver, de nombreux skieurs se font surprendre par une avalanche. Malgré les mesures de sécurité mises en place, il reste difficile de prévoir ces coulées de neige et d’éviter des morts.

Les différents types d’avalanches :

 

 

source: Agence France-Presse
http://img.aws.la-croix.com/2017/01/28/1300820713/differents-types-avalanche_2_1400_997.jpg

 

Nouvelles technologies explosives

Des techniques sont alors utilisées pour tenter de limiter les dégâts, comme les explosifs, qui sont certainement la méthode la plus courante. Grâce aux nouvelles technologies, il existe maintenant des charges télécommandées qui peuvent être placées à l’endroit voulu, et qui évitent aux artificiers de se rendre sur place. (source: http://www.sports-hiver.com/FR/Reportages/prevention_des_avalanches.php)

Avalanche déclenchées grâce à des explosifs :

source: http://www.centreavalanche.qc.ca/files/photos/be/a7/explosif.jpg

 

Le système GAZEX

Le GAZEX en revanche, est le système le plus sûr, puisqu’on peut le contrôler à distance grâce à un ordinateur. Le fonctionnement consiste tout simplement à faire exploser un mélange de gaz. C’est la méthode la plus efficace des techniques connues à ce jour.

Schéma d’une installation GAZEX :

source: EWc Group Management
http://www.ewcg.eu/en/pages/gazex.php

 

Déclenchement d’une avalanche au col du Lautaret, dans les Hautes-Alpes:

 

Le système CATEX

Le CATEX (ou Câble Transporteur d’Explosifs) est un système permettant le déclenchement d’avalanches à distance. Il est composé d’un câble soutenu par des pylônes à la manière d’un téléski. Des explosifs sont placés sur le câble qui parcourt la zone avalancheuse, puis sont lâchés à l’endroit souhaité grâce à un poste de commande situé en aval. (source: http://www.montaz.fr/en/le-catex/)

L’avalancheur

C’est un canon qui peut tirer des charges explosives à environs deux kilomètres suivant son inclinaison. Dès que celle-ci touche la neige, elle explose et déclenche ainsi une coulée de neige. Cependant, sa portée ne lui permet pas de traiter toutes les pentes avalancheuses, et c’est là que les autres moyens interviennent. (source: http://www.montagneleaders.fr/reportages/securite-declencheur-davalanches)

La DaisyBell

Cette technique requiert l’utilisation d’un hélicoptère, ce qui permet d’atteindre les zones dangereuses plus rapidement. Des bouteilles d’oxygène et d’hydrogène sont suspendues au-dessus de l’appareil et peuvent effectuer jusqu’à soixantes tirs avant que l’on ait à recharger les bouteilles. (source: http://www.montagneleaders.fr/reportages/securite-declencheur-davalanches)

 

 

 Déclencher pour mieux protéger

En mars 2017, une avalanche a été déclenchée volontairement dans le canton du Valais dans un cadre scientifique afin d’avoir une meilleure connaissance des avalanches et mieux protéger les habitations et les infrastructures. Un explosif a été lâché depuis un hélicoptère. Grâce à ses instruments de mesure, l’équipe a observé que l’avalanche avait parcouru une distance de 2,5 mètres pour une hauteur maximale de 20 mètres. Cette expérience a été un succès pour le SLF, l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches.

Coulée de neige déclenchée volontairement dans la vallée de Sionne :

 

source: http://mobile2.lematin.ch/articles/58bfec6bab5c374f4300000

 

Statistiques en Suisse

Au fil des ans, le nombre de personnes trouvant la mort dans une avalanche en Suisse a diminué.

Évolution des décès en Suisse dû aux avalanches entre 1937 et 2016 :

Ce graphique montre l’évolution des victimes d’avalanches en Suisse entre 1937 et 2016. Le courbe représente les valeurs moyennes sur une période de 65 ans. Mises à part les quelques années où le nombre de victimes a atteint les 50, la tendance se situe entre 10 et 30 victimes par année. Depuis le milieu des années 1980, la moyenne des décès diminue et on peut expliquer cette baisse par la rapidité de localisation des victimes qui est passée de 15 à 10 minutes au fil des 20 dernières années. Grâce à ces quelques minutes décisives, le taux de survivants est passé de 60 à 72%. (source: l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches, http://www.slf.ch/praevention/lawinenunfaelle/Spezialthemen/unfaelle_80jahre/index_FR)

 

Techniques de protection

Le sac ABS

La base en montagne est de respecter la signalisation sur les pistes et de s’informer des conditions météorologiques et des conditions du terrain. Ensuite, pour une protection corporelle en cas de danger, un des système actuellement sur le marché est le sac avalanche ou sac ABS, qui se porte comme un sac à dos ordinaire. Il se déclenche quand on tire sur la poignée et fonctionne comme un airbag, ce qui permet de protéger la tête et le cou de tout choc et de rester à la surface de l’avalanche.

Cet outil pourrait sauver un nombre de vie considérable car non seulement la victime n’est pas privée d’oxygène sous la neige, mais en restant à la surface les secouristes prennent beaucoup moins de temps à la sortir. Une étude menée au centre de recherche de Davos montre qu’un skieur recouvert de neige a 50% de chances de survie alors qu’une personne qui ne l’est pas, ou l’est partiellement en a 97%.

Cependant, ce sac coûte assez cher et n’est donc pas à la portée de tous. Il n’existe pas vraiment d’autres protections corporelles qui peuvent aider à se sortir de la neige mais la prévention reste un des meilleurs moyens de limiter le nombre de victimes.

Démonstration de l’utilisation d’un sac ABS :

 

source: http://snowbrains.com/wp-content/uploads/2013/04/snowpulseanimatedsequence.jpg

 

Les paravalanche

 Ces infrastructures consistent à retenir la neige avant le déclenchement d’une avalanche. Comme on peut le voir sur la photo, ces barrières sont disposées en ligne droite et plus ou moins perpendiculaires au sol, mais il existe aussi des paravalanches qui vont dans le sens de la pente. Ces deux techniques sont autant utilisées l’une que l’autre.

Exemple de paravalanche en Savoie:

source: 5421687-savoie-deux-skieurs-meurent-dans-une-avalanche.jpg

 

Les filets

Les filets reposent sur le même principe que les paravalanches “classiques” Ils permettent aussi de dévier la neige hors de zones habitables et skiables.

Exemple de filets paravalanche :

http://www.uved.fr/fileadmin/user_upload/modules_introductifs/module3/risques/2.1.1/html/2_4.html

 

Conclusion

 Grâce aux nouvelles technologies, les moyens de prévenir les avalanches se diversifient et se perfectionnent. Il reste tout de même des risques qui ne sont pas négligeables et le respect des consignes de sécurité reste le meilleur moyen d’éviter d’être emporté par une coulée de neige. Des protections corporelles existent et se vendent actuellement pour optimiser la survie en cas d’avalanche. C’est grâce à ces progrès que les chiffres montrent, en Suisse depuis le milieu des années 1980, les décès sont plus rares.

Rédiger un commentaire